Camp d’action climatique : La résistance est un terreau fertile!

8 avril 2012Alexandre Ouellet-Turmel
Catégorie :Environnement

Du 7 au 23 août a lieu le camp d’action climatique à trente minutes de Sherbrooke. C’est au hameau l’Oasis à Dunham (1964, Chemin Scottsmore) que se rejoignent les activistes environnementaux qui se mobilisent cette année contre l’expansion pétrolière d’un oléoduc provenant des sables bitumineux albertins.

Depuis maintenant huit ans, des gens des quatre coins du Québec se rassemblent, au sein du campement autogéré, pour mettre de l’avant et vivre concrètement la justice sociale et expérimenter les alternatives durables. Un beau pied de nez à la société capitaliste actuelle et à ses ravages.

Des centaines de militant(es)s mettront en place un des premiers camps climatiques au Canada ! Au fil du temps, les campements autogérés du Québec se sont diversifiés et se sont concentrés sur divers projets comme l’autogestion alimentaire, l’activisme écologique, les actions politiques etc. Cette année, l’évènement a lieu à Dunham tout près de Sutton dans un geste d’opposition au projet Trailbreaker qui représente une menace directe pour la population locale et celle du Québec.

Le projet Trailbreaker prévoit la construction d’un segment d’oléoduc pour acheminer le pétrole brut issu des sables bitumineux albertains vers la côte américaine, via le du sud du Québec. La construction d’une station de pompage à Duhnam est aussi prévue et représente un élément essentiel à la réalisation du projet Trailbreaker.

L’inquiétude est vive chez les citoyens de cette petite localité des Cantons-de-l’Est qui ne désirent pas vivre un désastre écologique sur leurs terres, comme ce fût le cas en 1999 à St-Césaire dû à un vieil oléoduc. En 1999, les quelque 5500 Césairois avaient été touchés par un déversement de pétrole équivalent au contenu de deux camions citernes à la station de pompage de la municipalité. L’hydrocarbure avait contaminé un ruisseau relié à la rivière Yamaska.

Toutefois, ils auront l’occasion de partager leurs réflexions avec les nombreuses personnes qui assisteront au camp d’action climatique. Le campement fera, durant 15 jours, la promotion de solutions qui s’imposent pour mettre un terme à l’exploitation destructrice des sables bitumineux.

«C’est un rassemblement qui touche tous les riverains de l’oléoduc, de Montréal-Est à la frontière américaine en passant par 14 municipalités de la Montérégie et des Cantons-de-l’Est. Toute personne qui est intéressée à protéger nos écosystèmes des dangers présentés par l’oléoduc pourra passer à l’action avec nous», a annoncé Cameron Fenton, un environnementaliste de l’organisation Climate Justice Montreal.

Une grande manifestation est prévue pour le 15 août à 13 heures ayant comme point de départ le Parc l’Envol de Dunham. Du 17 au 22 août, auront lieu les journées de convergence où les campeurs auront la chance de participer à plusieurs ateliers sur des sujets allant de la souveraineté alimentaire aux transports alternatifs en passant par l’agriculture urbaine et les actions directes non-violentes.

Mais le campement, c’est avant tout un milieu de vie débordant de partage, d’échanges, de mise en commun de nos utopies et d’actions porteuses de changements.

Si vous désirez avoir plus d’informations sur la programmation, sur les objectifs ou sur la manière de s’y rendre, je vous invite à vous rendre sur le site du Camp d’Action Climatique au www.uncampement.net/.


Partager cet article
Commentaires