Poésie

8 avril 2012Sophie Jeukens
Catégories :Culture | Poésie

il ne reste déjà du monde
que les os
que des ondes
vaste lits d’ozone stérile
et zones infertiles
semées sous les écrans qui nous rendent serviles

nous sommes
dit-on
civilisés
enlisés dans les plis de nos villes
comme autant de coquilles fendues
comme des coquillages
arrachés au rivage
que l’on aurait vendus

nous sommes un peuple de peu
mais ne serons plus peuple de rien
un peuple fier à la peau de pierre
un peuple peul à la peau pelée
qui à force de grandir deviendra peuplier
un peuple faux-tremble
comme un temple à fleur de peau
appuyé sur la tempe de tous les drapeaux
pour changer le tempo

nous déborderons de nos voix
de nos chants
de nos chambres et de nos draps
comme nos océans débordent de leur lit
crossing the borders de pays en pays
nous serons
arbres sans-abri
arbres de marbre qui refuseront de plier
nous serons marbrés, multicolores
et déborderons d’identité
nous serons de cimes et racines qui poussent fort
dans les forêts du nord
d’une Amérique schizophrène
que rien n’effraie
que rien ne freine
we’ll break the frame

car
nous serons juste assez gauches
pour remettre le monde à l’endroit
et nous réveillerons nos rêves du bout de nos doigts


Partager cet article
Commentaires