La justice pour tous!

23 octobre 2012Philippe-Antoine Demers
Catégorie :Économie

La Clinique juridique Juripop de l’Estrie, créée officiellement en octobre 2011, ouvrira bientôt ses portes dans ses nouveaux locaux, situés au 2e étage du 75, rue Chartier, à Sherbrooke. Elle devient ainsi la troisième du genre au Québec.

Inspirée par le succès des cliniques du même nom basées à Québec et Saint–Constant, une équipe de quatre juristes estriens a décidé, récemment, de démarrer une branche sherbrookoise de l’organisme avec l’aide du directeur général de Saint-Constant, Marc-Antoine Cloutier. Me Valérie-Claude Lessard est devenue la première directrice générale de l’entreprise d’économie sociale. Me Guillaume Rousseau, Me Maxime Gauthier et Me Guy Lefrançois unissent aussi leurs forces pour tenter l’expérience et offrir à la population estrienne leur propre clinique juridique populaire.
Juripop a vu le jour en 2009. L’idée est venue de deux étudiants de première année au programme de baccalauréat en droit qui prirent conscience que « [… ] le principe voulant que tous soient égaux devant la loi est bien théorique, puisque dans les faits, une grande proportion de citoyens n’a pas les moyens d’accéder au système judiciaire. [… ] Depuis, l’organisme n’a cessé de prendre de l’expansion en initiant de nouveaux projets. Il embauche aujourd’hui plus de 30 personnes à travers le Québec, et compte plus de 200 bénévoles », nous apprend le site web de l’organisme.

Désir d’implication

L’assemblée générale de fondation de l’organisme en Estrie, qui s’est tenue le 22 juin 2012, confirme que l’idée était bonne. Ravis du succès de cette assemblée, pour laquelle plus de cinquante personnes ont répondu présentes, les membres de l’équipe se réjouissent également du nombre important de candidatures pour des postes au sein du conseil d’administration. « Avant l’assemblée générale, nous avions un conseil d’administration de quatre membres. Ce nombre a plus que triplé en raison du puissant désir d’implication des membres présents. Ça s’annonce bien pour la suite des choses », affirme Me Lessard.

Depuis l’assemblée, l’équipe s’est agrandie, notamment avec l’embauche de Gavin Guillemette, responsable des relations publiques, et de Pierre-Marc Perreault, responsable des relations avec les étudiants et des projets jeunesse, à qui s’ajoute également Me François Senneville.
La démocratisation des services juridiques est à la base de la mission de l’organisme. Ne voulant pas se contenter de revendiquer une hausse du seuil d’admissibilité à l’aide juridique, la Clinique veut aussi faire partie de la solution. Alors que, chaque année en Estrie, environ 2000 personnes se voient refuser l’accès à l’aide juridique, les services juridiques qu’offre la Clinique sont d’abord et avant tout destinés aux individus à faibles revenus qui ne peuvent avoir recours à l’aide juridique.

Rappelons que seules les personnes dont les revenus annuels sont inférieurs à 13 573 $, pour une personne seule, sont admissibles à l’aide juridique gratuite, tandis qu’un ménage composé de deux adultes avec deux enfants à charge ne pouvait pas cumuler des revenus de plus de 30 393 $. Le volet payant de l’aide juridique n’est disponible que pour les individus qui font un revenu de moins de 21 026 $. Les services de Juripop s’adressent donc principalement aux personnes qui cumulent un revenu entre quelque 21 000 et 34 000 $, selon une grille tarifaire qui s’adapte à leurs revenus.

S’adressant à une clientèle diversifiée, Juripop Estrie s’attelle également au développement d’un service de conférences juridiques à prix modiques sur une panoplie de thématiques. Les organismes peuvent ainsi faire appel à la Clinique pour recevoir des conférences préétablies ou sur mesure pour informer leurs membres sur le droit des entreprises, le droit familial, le droit social, le droit du travail, le droit agricole ou la responsabilité civile. Ces conférences durent généralement une heure trente, incluant la période de questions, et sont données par un avocat, un notaire, un chargé de cours ou un professeur en droit. Et pour remplir sa mission pédagogique, Juripop Estrie implique un étudiant dans la préparation des conférences. Le coût de ces conférences varie de 100$ à 1000 $ en fonction du nombre de participants et du type d’organismes à qui elles s’adressent.

La Clinique offre aussi, dans le cadre de son service Juripop Affaires, des services aux travailleurs autonomes, aux très petites entreprises et aux OBNL. Pour 300 $, les entreprises ou individus intéressés peuvent se procurer un forfait comprenant quelque 10 heures de consultation ainsi qu’une trousse d’information.

Pour conclure, Juripop Estrie est présentement en campagne de financement. Cette campagne s’articule autour de la recherche de partenaires et de commanditaires qui, en échange d’une contribution annuelle, pourront bénéficier de visibilité et faire bénéficier leurs membres des services de Juripop.


Partager cet article
Commentaires