De la poésie à faire trembler la Terre

21 mai 2013Sophie Jeukens
Catégories :Culture | Poésie

Depuis 8 ans, le festival du texte court – ou festicourt, pour les intimes – cherche à ramener l’art au cœur de l’espace public et dans le quotidien des gens. Rivalisant d’audace et de ruses, il propose chaque année des idées nouvelles, du spectacle original à l’intervention artistique, faisant résonner la parole d’artistes d’ici et d’ailleurs tout autour de Sherbrooke, dans des salles de spectacle comme dans des lieux inusités.

Pour financer cette huitième édition qui s’annonce, une campagne de financement hors du commun a été mise sur pied: le texte court dans ton salon a donné lieu, du 10 au 18 mai derniers, à une série de spectacles de conte, de poésie et de chanson dans les salons de sherbrookois et de sherbrookoises. Selon le principe du socio-financement, chaque artiste participant s’était donné un objectif monétaire à atteindre, avant de présenter son spectacle pour ceux et celles qui avaient contribué à sa campagne. Ce sont plus de quinze artistes de la région qui se sont mobilisés pour la cause, en proposant des spectacles uniques et intimes. Un projet qui aura permis de créer des moments privilégiés de rencontre entre artistes et public, et d’amener la parole vers les gens, jusque dans leur propre salon.

TERRES

Cette prise de possession poétique du territoire se poursuivra du 23 au 26 mai, dans un festival qui adoptera le thème TERRES, comme une évidence.
Cette 8e édition explorera donc le territoire et l’appartenance, et réenracinera la poésie dans les rues de la ville, pour que la parole pousse sous l’asphalte et le béton.

Comme un hommage aux premiers habitants de nos terres, l’événement s’ouvrira sur un spectacle qui fera résonner les voix des artistes innues Natasha Kanapé Fontaine et Taqralik Partridge, entre les murs de La Petite boîte noire.

Le spectacle transatlantique Terres, quant à lui, bâtira des ponts entre l’ici et l’ailleurs.

Entre des artistes de Sherbrooke et des artistes hors-Québec, qui prépareront ensemble des performances transatlantiques, à livrer en direct, par-delà la distance, au Tremplin 16-30. Arts visuels, danse, musique et poésie s’entremêleront dans cet événement unique. Puis, le lendemain, c’est au centre en art actuel Sporobole que les artistes Annie Lafleur, Hugo Blouin et Alexis O’Hara présenteront Sonores, un spectacle qui joue à la frontière entre poésie et bruit.

Mais le festicourt ne serait pas le même sans un grand Réclame ta rue!, comme un point d’orgue au bout de cette aventure poétique, permettant aux artistes du coin d’investir l’espace public, sur une rue Wellington Sud barrée à la circulation automobile. En plus des prestations musicales et littéraires et des micros ouverts, entre autres appropriations créatives de l’espace, une opération de yarn-bombing (décoration du mobilier urbain par le tricot) et la réalisation d’une fresque sur asphalte sont prévues.

TERRES, ce sera avant tout l’occasion, encore une fois, d’amener la parole jusqu’à vous. Jusqu’à envahir vos propres territoires.
Pour la programmation complète : festicourt.org

Vous avez dit texte court?
Le texte court, c’est avant tout l’intensité. Au-delà des considérations de temps et d’espace, le festival propose des performances coup de poing, dans une approche multidisciplinaire de la parole. Ce n’est pas uniquement un festival de poésie, mais un événement où toutes les formes d’expression orale se côtoient, tissées serré avec la musique, les arts visuels, la vidéo, la danse.
Une manière de favoriser la diversité, tout en adoptant le rythme effréné de la réalité contemporaine.

En bref.
FESTIVAL DU TEXTE COURT DE SHERBROOKE / TERRES 2013
du 23 au 26 mai, au centre-ville de Sherbrooke
informations et réservations: 819.566.6996
www.festicourt.org


Partager cet article
Commentaires