La luzerne génétiquement modifiée: le CREE inquiet

Catégorie :Environnement

Le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie (CREE) se joint à plusieurs organismes pour demander au gouvernement fédéral d’interdire l’homologation et la commercialisation de la luzerne génétiquement modifiée au Canada. La luzerne est une vivace cultivée pour l’alimentation de plusieurs types de production animale. Pour le CREE, tant que l’Agence canadienne d’inspection des aliments et le ministère Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n’auront pas fait la démonstration claire que l’introduction de la luzerne GM ne compromet en aucun temps l’intégrité des productions non OGM (traditionnel et biologique) et l’accès à leur marché, il ne peut y avoir de commercialisation de cette dernière. À juste titre, les secteurs des productions biologiques (fourrage, lait, bovins de boucherie, chèvres, agneaux et moutons) au Québec doivent s’inquiéter des préjudices économiques considérables qu’amènerait une contamination de leurs cultures par la luzerne génétiquement modifiée.

Une étude portant sur les OGM financée par l’AAC, publiée en août 2012, démontre que la luzerne GM peut contaminer sur de vastes distances les cultures voisines de luzernières biologiques, notamment par le transport du pollen par les insectes pollinisateurs. Le transfert de gènes par le processus naturel de pollinisation est possible lorsqu’il y a coexistence des cultures traditionnelles, biologiques et génétiquement modifiées. Il est à noter que l’utilisation des OGM est interdite par la norme biologique canadienne et que la luzerne biologique contaminée par la luzerne GM perdrait son intégrité biologique. Par ailleurs, la culture de la luzerne au Canada ne nécessite l’utilisation d’aucun pesticide, il serait donc inapproprié et inutile d’utiliser la luzerne GM résistante au Roundup.

Le CREE a récemment adopté une résolution lors de son dernier conseil d’administration, qui fait suite à celle de l’Union des producteurs agricoles prise lors de leur congrès de décembre 2012.


Partager cet article
Commentaires