Portrait de Christelle Lefevre, candidate dans Saint-Élie

25 octobre 2017Sarah Beaudoin
Candidature : Christelle Lefevre

Au cours de la campagne électorale municipale, des portraits seront diffusés à propos de chaque candidat.e à la mairie ou au conseil municipal. Ces portraits ont pour objectif de vous présenter les idées politiques et les intérêts personnels des candiat.e.s.

Ce portrait porte sur Madame Christelle Lefevre, candidate indépendante dans le district Saint-Élie.

Madame Lefevre veut que tous les citoyens se sentent concernés et impliqués dans la gestion de leur ville, que le conseil municipal comprenne qu’il y a un potentiel énorme de développement et de richesse dans la zone agricole et rurale de Sherbrooke et qu’on s’en occupe enfin, qu’il y ait une plus grande équité de taxation proportionnellement aux services auxquels les citoyens ont accès et donc, s’assurer de leur donner les services pour lesquels ils payent. Elle veut également améliorer la sécurité de nos routes et le transport en commun dans les secteurs ruraux de la ville avec un système tel que le taxi-bus, s’assurer que les aînés puissent rester dans leur secteur tout en ayant des structures qui répondent à leurs besoins, diminuer l’empreinte écologique de la ville et favoriser l’achat local et le développement durable.

Mme Lefevre considère que les valeurs qui lui tiennent le plus à coeur sont la responsabilité, le respect et l’écoute.

Elle croit que ce qu’elle peut apporter de plus que ses opposant.e.s est qu’elle est une femme d’action, rassembleuse qui a déjà plusieurs réalisations dans son secteur à son actif (L’association des gens d’affaires, Synergie Saint-Élie, le marché public de Saint-Élie, les incroyables comestibles, la fête des villageois et mon implication dans les comités de développement du chemin de Saint-Élie depuis 2009). À travers son rôle de présidente de Synergie Saint-Élie, de coordonnatrice du marché public et en tant que commissaire scolaire du district, elle connaît les enjeux locaux, la situation de nombreux résidents, familles et de la plupart des commerçants du secteur. Elle a démontré à maintes reprises qu’elle est capable de se battre efficacement pour les gens qu’elle représente, de favoriser l’achat local, le développement durable, le sentiment d’appartenance à notre communauté et le maintien de notre caractère rural et agricole. Elle a déjà fait une différence comme simple citoyenne et compte bien continuer à la faire en tant qu’élue cette fois.

Questionnée sur ses coups de coeur dans son district, Mme Lefevre répond:

«Les Saint-Éliegens (les gens de Saint-Élie comme les a rebaptisés M. Laventure, citoyens de 78 printemps cette année). Quand on s’installe à Saint-Élie, on y reste parce qu’on y est bien. Les gens sont en général très attachés à notre secteur. C’est ce que nous démontre les statistiques de notre secteur et je pense que c’est d’abord lié aux gens d’ici. De nombreux citoyens sont impliqués dans la vie de la communauté, dans leurs relations de voisinage.  Le journal local et nos organismes communautaires sont dynamiques et actifs. Les commerçants du secteur ont un sens aigu du service à leur clientèle. C’est un des avantages des communautés encore un peu village où on se connait et on se reconnait entre nous, le service est personnalisé, le plaisir des rencontres au détour d’une rue ou dans un de nos commerces est présent.  On a des gens extraordinaires ici, et plusieurs valent la peine d’être découverts. Saint-Élie a une longue histoire. Ce sont des familles principalement irlandaises qui ont construit Glen Iver avant qu’elle ne devienne Saint-Élie d’Orford. Nous étions le passage de la route des calèches vers Montréal. J’aimerais que l’histoire de Saint-Élie soit redécouverte par ses citoyens et j’y travaille déjà.»

Madame Christelle Lefevre ne peut imaginer sa vie sans musique, sans livres ou sans art. Elle est touchée par les artistes et leurs démarches autant que par leurs œuvres elles-mêmes. L’art est une source inépuisable d’inspiration et de ressourcement pour elle. Elle permet d’avoir accès à l’humanité et à l’humanitude par une autre porte.


Partager cet article
Commentaires