Demande d’enquête au DGEQ sur le sondage Segma

29 octobre 2017
Candidature : Pascal Cyr

En réaction au deuxième volet du sondage Segma publié dans La Tribune le 27 octobre dernier, le candidat indépendant dans le district de Desranleau, Pascal Cyr, a décidé de demander une enquête au DGEQ.

« La question est de savoir comment la firme Segma a pu obtenir la liste des noms et des numéros de téléphone. » En effet, il y a trois semaines, le chroniqueur Luc Larochelle a écrit dans un article du quoditien La Tribune qu’il n’y aurait pas de sondage en raison des coûts par trop élevés d’une telle démarche. Or, comme l’explique Pascal Cyr : « Nous savons que, pour diminuer les coûts d’un sondage de façon substantielle, il est nécessaire de fournir la liste des noms et des numéros de téléphone. Évidemment, seule une liste électorale, avec les numéros déjà recherchés par des bénévoles d’élections, peut permettre d’effectuer un sondage rapide et surtout, de réduire considérablement les coûts. »

En outre, M. Cyr met en doute les résultats du deuxième volet du sondage : «  J’ai rencontré plus de 1000 personnes au cours de mon périple dans les rues du district de Desranleau, je n’ai jamais rencontré personne qui était pour le projet Well Inc. Il en est de même pour l’ensemble des candidats indépendants dans les autres districts à qui j’ai parlé. Au mieux, les gens avaient beaucoup de questions sur ledit projet. Quant au parti politique, ceux que j’ai catégorisés comme opposant ou indécis ne m’ont jamais parlé de leur enchantement d’avoir un parti politique à Sherbrooke. Par contre, la majorité des électeurs rencontrés sont contre les partis politiques. »

Ainsi, en raison de tous ces facteurs, en raison aussi des résultats beaucoup trop favorables au Renouveau Sherbrookois et à ses idées, le candidat Pascal Cyr va faire une demande d’enquête lundi matin afin que le DGEQ fasse la lumière sur le processus ayant mené à ce sondage. La liste électorale étant légalement à la seule disposition du candidat et de son équipe électorale, des questions se posent.


Partager cet article
Commentaires