Portrait de Chantal L’Espérance, candidate dans Lac-Des-Nations

29 octobre 2017Sarah Beaudoin
Candidature : Chantal L'Espérance

Durant la campagne, nous avons publié des portraits de toutes les candidatures aux élections municipales, qu’elles soient candidates pour la mairie, pour le conseil municipal ou en tant que conseiller ou conseillère d’arrondissement. Il reste encore des personnes candidates qui n’ont pas transmis leurs portraits, bien qu’une grande majorité l’ait déjà fait. Vous avez encore le temps, bien que l’élection tire à sa fin, les portraits reçus après cet article seront également publié dès leur réception.

Voici donc le portrait de Madame Chantal L’Espérance, candidate indépendant dans le district du Lac-Des-Nations. Conseillère municipale depuis 19 ans à la Ville de Sherbrooke et présidente de l’Arrondissement de Jacques-Cartier, elle représentait jusqu’à maintenant le district du Domaine Howard, occupant différents postes au cours de ses cinq mandats. Elle est également ingénieure civil, détentrice d’une maîtrise en Administration des affaires (M.B.A.) et a également accompli des études universitaires au baccalauréat en Musique.

Madame L’Espérance souhaite prioriser plusieurs enjeux, dont la qualité de vie des citoyennes et citoyens de son district et la qualité de l’environnement dans lequel ces citoyens vivent et le développement social et communautaire qu’il faut protéger à tout prix puisqu’il est essentiel au succès de tout projet qui s’inscrit dans une approche de développement durable. Elle souhaite mettre la priorité sur la protection du patrimoine du district du Lac-des-Nations, une richesse qu’il faut protéger pour les générations à venir et le développement culturel au sein de l’arrondissement 4, mais également dans toute la Ville de Sherbrooke, puisque ce développement fait partie du développement économique de la Ville et renforce les liens entre les collectivités. En bref, ses priorités sont le développement du Centre-ville dans une approche de développement durable, qui repose sur quatre piliers, à savoir, le développement économique, l’aspect social et communautaire, la protection de l’environnement et le développement culturel.

Trois valeurs qui lui tiennent à coeur sont l’intégrité, la transparence et l’écoute.

Mme L’Espérance est d’avis que ce qui la distingue de ses opposants est son expérience de 19 ans comme conseillère qui fait qu’elle connait parfaitement bien l’appareil municipal et ses dédales administratifs. Elle est et elle sera une conseillère définitivement plus efficace que ses opposants pour défendre les dossiers que ses citoyens lui confieront, puisqu’elle connait les embûches possibles et elle sait comment les surmonter pour obtenir des résultats rapides et probants dans le règlement des divers problèmes. Cette maîtrise de l’appareil municipal ne s’apprend pas du jour au lendemain et ce, malgré toute la bonne volonté du monde. Elle jouit d’une crédibilité au sein de la fonction municipale, puisqu’elle a eu à travailler avec plusieurs fonctionnaires au sein des différents dossiers qui lui ont été confiés à travers les années. Ce climat de confiance qui s’est ainsi établi pourra bénéficier à ses citoyennes et citoyens pour trouver des solutions ensemble à leurs problèmes.

Questionnée sur ses coups de coeurs dans son district, Mme L’Espérance répond:

«La sauvegarde et la rénovation de la Maison Bleue, la protection du Domaine Howard et de ses bâtiments via un règlement de citation dont la démarche est déjà enclenchée, la reconnaissance de l’art graffiti et de ses artistes au sein de l’opinion publique via des projets comme les fresques sous le carrefour giratoire, situé dans le prolongement du boulevard de Portland, l’adoption d’une vision stratégique de développement et du Schéma-plan d’aménagement et de développement 2012-2027 de la Ville de Sherbrooke, ainsi que la réalisation du Centre communautaire et culturel Françoise-Dunn, pour l’arrondissement de Jacques-Cartier.»

Madame Chantal L’Espérance aime l’art émergent en général, aussi bien en musique, en arts visuels qu’en danse et en théâtre. René Lévesque, Barak Obama, et plus près d’ici chez les femmes, Francine Ruest Jutras, sont des personnalités politiques ayant grandement inspiré Madame L’Espérance.


Partager cet article
Commentaires