En ce moment, des guerriers de l’arc-en-ciel œuvrent

11 juin 2018Sylvie Berthaud
Catégorie :Activisme

Un projet de méga-aéroport alors qu’il en existe déjà un desservant la ville, des expulsions projetées sur des milliers d’acres agricoles pour les enbétonner… ça vous dit quelque chose?

Dans le sud de la Bretagne, au nord de Nantes, un tel projet a été lancé il y a 50 ans sur le territoire de Notre-Dame des Landes (Loire-Atlantique, France). Ne recevant pas l’appui du milieu, cette «Zone d’Aménagement Différé», appellation officielle, a été rebaptisée «Zone A Défendre». Une nouvelle tentative pour réaliser l’aéroport est attisée en 2000.

Plusieurs collectifs de citoyen·nes ou d’élu·es se constituent, échangent, se mobilisent et s’organisent. En réponse aux quelques agriculteurs et résidents locaux ayant refusé l’expropriation, se joignent des dizaines de personnes de toutes origines, décidées à vivre sur place pour protéger la ZAD de Notre-Dame des Landes. Le milieu naturel de ce territoire de bocage a été préservé depuis des décennies: pas de remembrement pour constituer de grandes parcelles en détruisant les haies… Une biodiversité remarquable caractérise maintenant ces 1 650 hectares, ce qui accentue la position d’une majorité de la communauté locale pour qui un 2e aéroport serait non seulement inutile, mais aussi nuisible pour la région.

Depuis une décennie, 200 à 300 zadistes ont déployé sur ce vaste terrain de multiples facettes de la résistance citoyenne. Des projets collectifs animent les lieux: potagers et serres, boulangeries, marchés publics à contribution volontaire, centre de documentation et de communication, innombrables assemblées de concertation, construction de cabanes et autres lieux d’habitation souvent originaux, parfois loufoques… Sans oublier des ateliers thématiques (transformation des ressources locales…) et bien sûr des occasions de faire la fête! Un fermier-aubergiste organise parfois des banquets dignes du village d’Astérix!

Au fur et à mesure des saisons, la résistance s’enracine dans la ZAD de NDDL et touche une large communauté qui désire «un autre choix de société». Cet écho se répercute jusqu’à l’international. Des liens se tissent avec des zadistes du val de Susa et d’ailleurs. Oh, ça n’est pas l’Éden; concilier respectueusement des visées différentes est un exigeant travail de tous les jours. Mais agir pour un monde plus coopératif en l’expurgeant du sexisme, du racisme… et du profit individuel au détriment du bien commun donne à de nombreux jeunes «de passage» le sentiment d’être enfin arrivés «chez eux».

Ainsi, c’est toute une mosaïque culturelle qui s’est approprié les lieux et qui y vit «illégalement». Mais que représente une «légalité» qui permet le saccage de nos territoires, l’empoisonnement de l’eau, la destruction du climat de notre nid spatial unique ou d’ activer des guerres dont 90% des victimes sont des civils? Des choix humanicides peuvent-ils être légaux?

Comme l’avait annoncé la prophétie, des Guerriers de l’Arc-en-Ciel de plus en plus nombreux œuvrent pour un autre monde.

Soutenez les zadistes de Notre-Dame des Landes, assaillis militairement depuis le 9 avril 2018.

Sylvie Berthaud est porte-parole du Groupe Vigilance d’Ham (GROUVIDHAM)


Partager cet article
Commentaires