Un financement inéquitable pour les groupes de défense collective des droits

19 juin 2018Caucus régional estrien des groupes en défense collective des droits

En décembre dernier, le gouvernement annonçait un supplément de 2,2M $ à la mission pour les groupes de défense collective des droits (DCD). Après plus de 10 ans sans la moindre indexation, inutile de vous mentionner que les groupes accueillent avec soulagement cette annonce, bien que ce montant soit loin de l’indexation rétroactive demandée depuis plusieurs années et des 40M $ nécessaires au bon fonctionnement de ce secteur du milieu communautaire.

Après une attente de plus de 7 mois pour connaître les montants qui seraient consentis à chacun, les 23 groupes communautaires de DCD de l’Estrie ont enfin appris vendredi dernier quelle part de ce 2,2M $ ils recevraient. Le Caucus estrien des groupes de DCD déplore le mode de répartition choisi par le gouvernement, soit celui de donner à chaque groupe 12,73 % du montant de sa subvention. Au lieu de favoriser une répartition plus équitable entre les groupes, le gouvernement a encore une fois choisi de favoriser davantage les groupes les plus riches au détriment des plus pauvres. Pour bien comprendre, il faut savoir que le financement des groupes de DCD varie énormément d’un groupe à l’autre. Certains groupes reçoivent une subvention de 80 000 $ alors que d’autres ne reçoivent que 30 000 $. Avec le choix du ministre Blais, un groupe qui reçoit une subvention 30 000 $ recevra environ 3000 $ de plus et un groupe qui reçoit une subvention 80 000 $ recevra environ 8000 $ de plus. Le Caucus estrien des groupes de DCD décrie l’iniquité de cette répartition et aurait souhaité que le gouvernement favorise un rattrapage des groupes les plus pauvres. Le gouvernement a raté une belle occasion de consolider la situation financière des groupes les moins bien financés, soit ceux qui sont le plus à risque de fermeture.

Mais ce qui inquiète le plus dans l’annonce du ministre Blais, c’est la volonté de financer davantage les groupes qui offrent des services individuels à compter de l’an prochain. Les organismes de défense collective des droits, comme leur nom l’indique, sont financés pour le caractère collectif de leurs actions qui profitent à l’ensemble de la population et non pour offrir des services à seulement quelques personnes. Le Caucus estrien de DCD y voit un grand danger de vouloir détourner les organismes de défense des droits de leur mission collective, essentielle à l’avancement de la société et au respect des droits fondamentaux des citoyens et citoyennes. Les groupes de DCD sont les moteurs du changement social au Québec, maintenons-les vivants et donnons leurs les moyens de bien défendre les droits de la population!

Le Caucus estrien des groupes en défense collective des droits est composé de : Collectif pour le libre-choix; Comité des travailleurs et travailleuses accidenté-e-s de l’Estrie; ConcertAction femmes Estrie; Illusion Emploi; L’Action Plus de Sherbrooke; Promotion Handicap Estrie; Solidarité Populaire Estrie; Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie; Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire de l’Estrie.


Partager cet article
Commentaires