« Commençons par écouter »

28 février 2019Maxime Lessard et Mylène Vincent
Catégorie :Santé

Comment parler du suicide? Voilà quel était le thème de la semaine de la prévention du suicide pour l’année 2019. Encore trop souvent, ce sujet est tabou dans les familles, dans les cercles d’amis et dans les milieux de travail.

Il est vrai que parler du suicide est délicat et savoir comment l’aborder permet de surpasser ce tabou et d’établir la communication sur le sujet. Rares sont ceux qui se sentent outillés en ce sens et c’est pourquoi le site web commentparlerdusuicide.com a été mis en place.

Écouter la souffrance, un départ pour parler du suicide

Nous pouvons parfois penser que pour accompagner ceux qui nous entourent dans la souffrance nous devons bien connaître le domaine de la relation d’aide, surtout s’il est question de suicide. Dans les faits cependant, chacun d’entre nous a un rôle important à jouer pour soutenir ces personnes qui ont des idées suicidaires. L’accueil, l’empathie, le respect et l’authenticité sont toutes des attitudes accessibles à chacun d’entre nous et qui permettent d’offrir une écoute attentive et chaleureuse à la personne qui a besoin de se confier.

L’accueil : la recevoir chaleureusement dans son vécu et lui faire sentir l’importance qu’on lui porte.

Le respect : reconnaître et considérer la personne à sa juste valeur et adopter une attitude d’ouverture pour ne pas être dans le jugement.

L’empathie : se rapprocher du vécu de la personne, ressentir ce qui est présent au-delà des mots et lui témoigner notre compréhension.

L’authenticité : permet d’exprimer nos inquiétudes et notre vécu dans la situation et de communiquer nos limites.

Ces attitudes sont considérées comme étant essentielles car elles permettent de créer un climat de confiance et un espace où l’autre se sent assez en sécurité pour dire tout ce qui se passe en lui, le beau comme le moins beau.

C’est donc dire qu’il est possible d’offrir une présence et une écoute réconfortante en tant qu’ami, collègue, frère, papa, maman, cousin, cousine. Si en notre présence la personne se sent à l’aise de parler de sa souffrance, de ses préoccupations ou de ses idées suicidaires, nous avons accompli une bonne partie du chemin. Si la personne est réticente, nous avons tout de même ouvert une porte. De savoir qu’une personne dans son entourage est disponible et prête à l’entendre permet déjà d’apporter une certaine forme de réconfort et d’apaisement.

Pour fabriquer un bon filet de sécurité, il faut une équipe diversifiée

Il y a des ressources pour aider la personne qui a des idées suicidaires et ses proches. Évidemment, l’inquiétude et le sentiment d’impuissance seront toujours présents en nous dans ce genre de situation. Cependant, le fait de savoir que tout ne repose pas sur nos épaules peut nous aider à mieux gérer le tout. Une personne qui pense au suicide a besoin de sa famille, de ses amis et de ses collègues. Elle a besoin de les sentir présents et à l’écoute. Les proches, les collègues comme les intervenants ont tous un rôle important à jouer. Fonctionnant en équipe, leur rôle distinctif permet d’étendre le filet de sécurité autour cette personne et de participer à l’atteinte du but commun qui est de venir en aide à cette personne qui souffre au point de vouloir s’enlever la vie.

Prendre soin de soi, pour mieux aider l’autre

Lorsque nous aidons un proche, nous avons tendance à oublier l’impact sur notre propre santé psychologique. « Oui, mais c’est pas moi qui a besoin d’aide » diront certains. Pourtant, l’un n’empêche pas l’autre. Soutenir une personne dans un moment difficile c’est demandant et on peut rapidement se sentir envahi par toutes sortes d’émotions et de tensions. Et c’est là que nous revenons au thème de la semaine de prévention du suicide… Comment en parler? Pour aider l’autre, il faut parfois d’abord commencer par aller chercher de l’aide.

Tu sens le besoin d’être écouté? Appelle-nous!

Secours-Amitié Estrie est présent pour t’offrir une écoute attentive qui émane du cœur. Pense à nous lâcher un coup de fil peu importe ce que tu vis. Si tu ne vas pas bien depuis « un petit bout », appelle-nous. Si tu vis une période difficile, appelle-nous. Si tu ne te sens pas écouté par ton entourage, appelle-nous. Si tu te sens seul·e, appelle-nous. Si tu vis avec quelque chose que tu n’oses pas dire à tes amis, appelle-nous. Si tu t’inquiètes pour un proche, appelle-nous.

N’hésitez pas à parler de ce que vous vivez et à écouter ceux qui vous entourent. Pour contacter le service d’écoute téléphonique gratuit de Secours-Amitié Estrie vous pouvez téléphoner au 819 564-2323.


Partager cet article
Commentaires