Je suis prêt à débattre

27 septembre 2019
Communiqué de presse
Candidature : Edwin Moreno

Depuis l’annonce de ma candidature indépendante le 19 août dernier, je me fais approcher à chaque jour par des citoyens et des citoyennes qui me félicitent d’avoir eu le courage de me présenter comme indépendant. Au fil des discussions, je me rends compte que cette élection-ci plusieurs personnes ne s’identifient à aucun des partis politiques actuels, car ils ne veulent pas avoir à concilier les enjeux qui leur sont importants pour effectuer leurs choix. Ces orphelins politiques sont en recherche d’une candidature en laquelle ils pourront avoir confiance, ils veulent s’assurer de voter pour une personne qui les représentera sans succomber aux intérêts particuliers et à la partisanerie.

Les débats sont des lieux d’échanges importants à la démocratie et malheureusement, malgré nos efforts, nous n’avons pas été invités à participer à deux débats très importants, celui au Cégep de Sherbrooke, ainsi que celui à l’Université de Sherbrooke. Mon équipe et moi-même trouvons important que les Sherbrookois.es ait réellement le choix cette élection-ci et qu’il.elle.s puissent entendre les propositions de toutes les candidatures qui se présentent à eux.elles. Refuser la présence de candidats parce qu’ils se présentent comme indépendants est antidémocratique parce que la politique n’appartient pas uniquement aux partis!

Nous répondrons présent avec plaisir à toute invitation à débattre, mais nous tenions aussi, dans un souci démocratique, à offrir aux citoyen.ne.s de Sherbrooke les réponses que nous aurions données au débat du Cégep de Sherbrooke, ainsi que celles du futur débat de l’Université de Sherbrooke. Dans ce sens, nous vous invitons à suivre notre page Facebook, nous diffuserons futurement une vidéo où je répondrai aux questions posées aux débats où n’avons pas été invités.

Dans un autre ordre d’idées, nous allons dévoiler notre programme politique lundi prochain (vous recevrez bientôt une invitation médiatique) et les Sherbrookois.es y découvrons des propositions concrètes qui sont originales, ambitieuses et qui auront un impact réel dans Sherbrooke!

Vous trouverez en deuxième page nos réponses aux questions du premier débat. Nous vous ferons suivre les réponses aux questions du deuxième débat le 2 octobre pour votre couverture de celui-ci.

 

Réponses d’Edwin Moreno – Débat du Cégep de Sherbrooke

Environnement

Question : Comment et de quelle manière votre parti politique respecte les provinces en matière d’environnement et du même coup comment votre plan en environnement aura du poids sur la scène internationale?

Réponse : La plus grande menace de notre époque est la crise liée aux changements climatiques. Selon moi, le gouvernement fédéral a la responsabilité de jouer un rôle de leadership en matière de protection de l’environnement et de transition énergétique. Je crois que le gouvernement fédéral devrait soutenir les provinces qui s’engagent dans la lutte aux changements climatiques et faire pression sur les provinces qui tardent à agir. Une chose est certaine, le gouvernement fédéral ne devrait jamais forcer le passage d’un pipeline à des provinces et/ou à des populations qui ont compris, eux, les dangers d’un tel projet, et encore moins l’acheter avec des fonds publics! Je suis d’avis que gouvernement fédéral devrait être à l’écoute des provinces mais aussi des municipalités lorsqu’il est matière de protection de l’environnement et ne devrait jamais être leur opposant.

Je suis aussi d’avis que le portefeuille doit suivre. On ne peut s’engager dans une lutte aux changements climatiques sans prévoir des investissements massifs dans les technologies vertes, investissements qui nous aiderons à récupérer les travailleurs qui oeuvrent dans des industries polluantes en créant de nouveaux emplois dans des industries écoresponsables

Question : François Legault est préoccupé par les projets d’oléoduc et de pipelines, quel est votre avis sur ces projets?

Réponse : Je suis contre les pipelines et les autres projets polluants et dangereux pour l’environnement. Je trouve aberrant que l’État subventionne l’exploitation pétrolière et gazière alors qu’il y a une urgence d’agir et une courte fenêtre d’opportunité pour s’engager dans la réduction de nos GES avant qu’il ne soit trop tard.

Finances publiques

Question : Nous sommes en situation de croissance économique, mais qui dit progression, dit éventuellement récession, est-ce que les finances publiques du gouvernement du Canada sont assez fortes pour ce qui arrivera d’ici cette prochaine récession?

Réponse : En tant que député indépendant, je trouverais important de supporter toute initiative de relance économique écoresponsable.

Question : Jusqu’à quel point doit-on s’inquiéter de la dette?

Réponse : La dette est peut-être inquiétante, on ne veut certainement pas transmettre le fardeau financier de notre mauvaise gestion financière aux générations futures, mais

je crois qu’il est primordial de ne pas se servir de la dette pour ne pas faire des investissements importants dans des secteurs primordiaux tels que la santé et/ou l’éducation.

Affaires étrangères

Question : Nous sommes en période de turbulence sur la scène internationale (montée du populisme, crise migratoire, etc.) le Canada étant une puissance moyenne, comment il peut arriver à jouer son rôle?

Réponse : Selon moi, la plus source grande turbulence internationale est la crise climatique. Elle aura des impacts sur tous les États et elle nécessite une réponse commune et concertée. Le Canada doit jouer un rôle de leadership en matière de lutte aux changements climatique, un réel rôle de leadership avec des cibles de réduction de GES à la hauteur de celles qui sont nommées par les plus grands scientifiques du monde, ceux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Le Canada doit aussi faire sa part en réponse à la crise migratoire, cela ne signifie pas seulement d’accueillir des personnes réfugiées, mais aussi d’assurer leur pleine intégration en soutenant les programmes locaux qui oeuvrent dans ce domaine.

Certains discours populistes véhiculent des messages haineux ou stéréotypés qui, je trouve, sont dangereux. Il est important que le Canada en fasse plus ici et ailleurs pour promouvoir des valeurs de vivre-ensemble et de respect des différences.

Question : Dans quelles mesures les partis doivent-ils défendre le droit des peuples à s’autodéterminer? Par exemple, la Catalogne.

Réponse : Quant aux peuples autochtones, tout effort de réconciliation ne vaut pas grand-chose s’il n’est pas accompagné d’une réelle volonté de reconnaître le droit à l’autodétermination de ces peuples fondateurs. On doit offrir aux peuples autochtones la possibilité de revoir d’eux-mêmes leur propre modèle de gouvernance et on doit les laisser décider de la relation qu’ils souhaitent avoir avec les autres autorités gouvernementales (municipalités environnantes et provinces). Respecter le droit à l’autodétermination c’est pour moi plus qu’uniquement permettre l’autodétermination, mais de réellement soutenir les peuples dans leurs démarches en leur garantissant une volonté de respecter l’issue cette démarche.

Quant au Québec, parce que je crois que la référence au référendum d’indépendance de la Catalogne nous amène à poser la question de l’autodétermination de la nation québécoise, je suis d’avis que le peuple québécois est souverain.


Partager cet article
Commentaires