Le REMDUS défend le PEQ

8 décembre 2019REMDUS
Catégories :Éducation | Immigration

Le 5 novembre dernier, le Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS) dénonçait les modifications faites au programme de l’expérience québécoise (PEQ) en date du 30 octobre 2019.

Le REMDUS dénonce aussi les effets qu’a le nouveau programme sur la communauté étudiante. «Le programme de l’expérience québécoise permettait à la communauté étudiante internationale d’accéder à une voie rapide vers la citoyenneté. Ici à l’Université de Sherbrooke, c’est 87% des étudiants internationaux qui perdent cette possibilité» affirme Nicolas Delisle-Godin, directeur général du REMDUS. Le REMDUS tient à se positionner contre la réforme et demande au ministre d’écouter les préoccupations de la population, voire de collaborer avec elle pour l’atteinte de résultats acceptables. D’abord, les étudiantes et étudiants actuellement en formation devraient voir leurs dossiers protégés par une clause des droits acquis. Ensuite, le REMDUS demande que la liste des formations acceptées soit revue, notamment par rapport à l’invisibilité de plusieurs métiers d’avenir. D’ailleurs, les formations en environnement qui font la force de l’Université de

Sherbrooke ne sont pas intégrées à la liste des formations demandées, ce qui est déplorable et illustre la nécessaire refonte de la liste. Nous tenons à ce qu’il y ait une réponse rapide du gouvernement de manière à répondre aux inquiétudes de la communauté étudiante. Des dizaines de personnes sont inquiètes voyant leur projet d’avenir compromis. Pire, c’est plus de 900 personnes qui, ici même à Sherbrooke, n’auront plus la possibilité de saisir la voie rapide du PEQ menant au certificat de sélection du Québec.


Partager cet article
Commentaires