Tendances In !

Catégories :Lettre ouverte | Opinion | STS | Transport

Les « Tendances In »? C’est la nouvelle « gouvernance » sans consultations publiques, sans élus! C’est le transport en commun (régulier et adapté) de la STS devenu la nouvelle poule aux œufs d’or, pour ne pas dire la nouvelle « vache à lait » de la Ville! La densité devient la définition du « développement durable »!  Les automobiles sont maintenant considérées comme des facteurs de développement, et les piétons, eux, ils coûtent cher et embarrassent la circulation!

Le RUTASM voudrait faire connaître à travers cela son bilan des améliorations et des insatisfactions concernant le nouveau système d’aide à l’exploitation implanté depuis deux ans au transport adapté. Ce système a été produit dans les années 2010 pour rationaliser, pour optimiser, pour économiser en fait, vous savez selon le « Lean management » (ou méthode Toyota), la « Tendance In » en administration!

Si des améliorations ont été apportées, c.-à-d. des retours à des anciennes règles et manières de gérer le transport adapté établies depuis des décennies, bonifiées par des collaborations usagers/transporteurs, le système de plages demeure et reste insatisfaisant. On donne l’heure exacte aux chauffeurs, mais l’usager lui doit être prêt pour le début de la plage et pendant toutes les 20 minutes de cette plage. Le système est construit en fonction de la répartition, avec un logiciel compliqué, et pour donner du jeu et du temps au système, aux employés et aux chauffeurs. L’oubliée, la raison d’être du transport adapté, c’est la personne handicapée, dépendante du transport pour toutes ses sorties, qui doit demander et redemander tous ses transports, et attendre 20 minutes l’heure (inconnue) qu’on donne aux chauffeurs dans sa plage.

Les personnes handicapées de Montréal n’aiment pas non plus leur plage, d’où sans doute la migration de plusieurs vers le transport régulier (pour celles qui le peuvent) et des luttes là aussi pour plus d’accessibilité à l’urbain et au métro, et pour un meilleur entretien des trottoirs, surtout l’hiver. Et on dit, ici comme ailleurs, que ça doit être comme cela, des plages au transport adapté et de plus longs trajets, « si les personnes handicapées veulent avoir du transport »! Retour case départ pour les personnes handicapées qui connaissent leurs droits et les lois existantes. Mais bon, cherchons à être positifs!

Que souhaite le RUTASM pour les usagers du transport régulier et adapté pour l’année 2020?  D’abord qu’on respecte l’argent qui est donné par le MTQ et les citoyens (automobilistes et usagers) pour que l’argent du transport serve au transport, et que la STS cesse de monter les tarifs en donnant de ses surplus à la Ville.

Qu’on agisse comme dans un système démocratique, avec l’accord et la participation des citoyens et des élus pour la gestion des comités et services offerts par la Ville, avec des états financiers accessibles et transparents. Qu’on en revienne à la vraie définition du « développement durable », qui veut diminuer les autos et développer davantage le transport en commun.

Mais encore faut-il que ce transport en commun en soit un pour tous et partout sur le territoire.  Nous souhaitons que les transports autant réguliers qu’adaptés retrouvent leur vrai sens qui est de permettre aux gens de « se déplacer le plus facilement et rapidement possible » et à des prix abordables et équitables pour tous. Et cela pour avoir accès aux services de santé, au travail, aux activités économiques et à la vie culturelle de leur belle Ville. Le cœur du développement, ce doit être le citoyen, la vie en communauté, et non des expériences et de la surconsommation des « Tendances In »! Et le développement d’une ville doit passer non pas par une densité centrale (dite centriste) à tout prix, où tous ont à converger, causant embouteillage et désagréments. Les municipalités qui se sont jointes à Sherbrooke en 2002 ne sont pas des « banlieues » et elles devraient pouvoir devenir de petits centres densifiés, selon la vision polycentrique prônée actuellement par le maire de Prévost, et exprimée en 2013 au congrès de l’ACFAS (reportage de La Tribune). Mais encore faut-il qu’elles aient du transport adéquat!  Peu de développement du transport en commun pour ces municipalités depuis 2002…

Nos derniers souhaits pour tous?  Du transport régulier à Sherbrooke le jour de Noël et le Jour de l’An, tel que demandé par une citoyenne à l’Hôtel de Ville il y a quelques années, et tel qu’on retrouve dans les grandes villes!  Et la gratuité aux aînés, comme à Laval et à Longueuil. Là, nous aurons une société pleine de tendresse pour tous ses citoyens et citoyennes!

Bonne Année!


Partager cet article
Commentaires