«Mon Projet Fou» prend son envol

2 mars 2020Jmam Uzavek Toot
Catégories :Art de vie | Chronique | Jouer la vie

Êtes-vous déjà passé au Baobab le jeudi pm? Qui dit jeu dit… jeudi! C’est pourquoi Éric Gauvin a choisi cette journée pour établir sa résidence de création ékoludique au très sympathique et vivant Baobab – Café de quartier, rue Dunant dans Ascot. Lors des « jeudi joue la vie », il y travaille / joue à faire progresser son projet fou, qui est de reconnecter 10 000 personnes à leur projet fou, d’ici la fin de 2021. Rien de moins!

« Identifier et se rebrancher à un grand rêve oublié, à un petit projet fou qui nous appelle depuis longtemps, à une aspiration endormie, ça réveille, ça énergise! » assure Éric, les yeux brillants de goûter à sa propre médecine. « Mon projet fou, c’est une initiative de vitalisation, qui reconnecte les personnes à quelque chose qui leur tient réellement à cœur et qu’elles souhaitent faire progresser. Mon projet fou, c’est l’étincelle qui allume leur mèche. »

Le projet propose aux participants l’introduction à un jeu-outil conçu pour prioriser et réaliser ludiquement leur projet fou. Un jeu de prévention du zombisme, made in Sherbrooke.

Entrepreneur social pluridisciplinaire, comédien à temps partiel et gestionnaire-accompagnateur de projets de développement, le géomaticien-cartographe sherbrookois n’a pas une minute à perdre. « La vie est faite pour jouer avec, pour cocréer mon présent! » Alors il joue, constamment, avec tout : sur scène, dans les soupers-spectacles, pour de activités de formation, avec des équipes d’organisations diverses. Il anime aussi des jeux collaboratifs et en confectionne également lui-même, il joue sans cesse avec les mots et les situations du moment, avec les gens, les objets, les éléments qui se présentent à lui. « Mais attention! Même si mon approche est résolument ludique, pour embrasser en toute légèreté le caractère imprévu de la vie, elle est en même temps très sérieuse et s’occupe des éléments importants pour la personne ou le groupe, tient-il à préciser. Ékoludique, ça veut dire que tu t’amuses en pleine conscience de tout l’écosystème, extérieur comme intérieur ».

L’entrepreneur atypique a testé différentes parties du projet lors d’une première phase de prototypage qui s’est déroulée en 2019. « Mon Projet Fou » est la phase de lancement de la campagne de prévention du zombisme, qui lance également son entreprise, Touski, spécialisée en intégration et en création ékoludique. Sa mission : la prévention du zombisme ambiant et la vitalisation de communauté. « J’adopte dans ce projet une démarche transversale, artistico-socioculturelle-entrepreneuriale-et-communautaire-plus, pour le fun et pour toutes sortes d’autres raisons plus ou moins imprécises, confie-t-il en rigolant. Ça m’aide à me sentir merveilleusement vivant et conscient de l’être! »

« Ma vision avec ce projet? Je vois 10 000 cartes « Mon Projet Fou » distribuées aux Sherbrookois et Estriens, pour y noter leur rêve et illuminer leurs yeux. Pouvoir dire que Sherbrooke est la ville de rêve, où l’on met en œuvre nos projets fous. » Le projet vise également à donner de la visibilité et à dynamiser le Baobab et l’Accorderie de Sherbrooke, dont les missions servent à tisser des liens et dynamiser la communauté. Éric mentionne que les partenariats vont bon train afin de rassembler les ressources nécessaires à la suite du projet. Ateliers d’approfondissement, activités de réseautage et outils d’exploration, d’engagement et de gestion seront notamment à la disposition des participants désireux de faire progresser leur propre projet fou.

Cette nouvelle chronique suivra les développements de l’ambitieux projet.
baobabcafe.ca, www.accorderie.ca/sherbrooke-a-propos, www.touski.ca


Partager cet article
Commentaires