À boire et à manger: Plaisirs de Bouche

200 RECETTES VÉGÉTARIENNES
MA PETITE CUISINE – MARABOUT 2016

Tout est dans le titre: ce livre propose une panoplie de recettes végétariennes, allant de l’entrée au dessert. Cela peut s’avérer pratique, que ce soit par intérêt ou bien simplement parce que le comptoir de la boucherie a été entièrement dévalisé! Le point fort de ce livre est sans doute dans son visuel, à la fois pratique et attrayant. Les couleurs sont vives et l’on prend plaisir à le feuilleter, même sans cuisiner. Les principaux ingrédients sont en gras et l’on s’y retrouve bien, en cours de préparation. Il y a diverses sections pour les types de recettes désirées, des variantes sont proposées pour bon nombre d’entre elles et elles prennent généralement peu de temps à préparer (20-30 minutes) même si d’expérience, cela tend à être sous-estimé. La section des desserts est un peu décevante, avec des recettes très simplistes et qui ne propose que très peu d’options aux vegans. C’est le genre de livre auquel on peut se référer sérieusement, ou juste laisser traîner pour son esthétisme. En temps de pandémie, ce livre est toujours disponible en ligne.

L’ABC DU VIN
OC CLARKE, 2000

Ce livre est parfait pour l’œnologue amateur. On y explique les différentes saveurs des vins ainsi que des champagnes et mousseux et aussi comment les apprécier, de la lecture de l’étiquette en magasin jusqu’à leur dégustation. On peut lire sur les particularités de plusieurs régions vinicoles d’Europe, d’Amérique (nord et sud), d’Afrique et d’Océanie. Tout y est présenté avec une belle légèreté: pas questions de dogme ici; le vin, on le boit d’abord par plaisir!
Ses atouts: les roues des vins! Une pour les rouges, une pour les blancs. L’auteur a choisi de composer ces roues avec deux facteurs: l’intensité du vin (croissante du centre vers la périphérie) et les diverses saveurs lesquelles sont réparties tout autour du cercle. Vous pourrez (enfin) comprendre la différence entre un rouge gouleyant et fruité et un rouge alléchant ou acidulé. Ou encore entre un blanc mordant et un blanc intense. Çà et là, l’auteur ajoute quelques définitions de termes œnologique bien vulgarisés. Il est le compagnon idéal (mais disponible uniquement en ligne) pour faire la file à l’entrée de la SAQ.

PLENTY
YOTAM OTTOLENGHI, 2010

Pour le gourmand omnivore éduqué à la cuisine du Sud-Ouest de la France, où les légumes existent pour mettre en valeur le plat de viande, la cuisine végétarienne est une lacune culturelle, et donc un nouvel horizon de saveurs et de couleurs à découvrir et à s’approprier. Les recettes du chef Israélo-britannique Yotam Ottolenghi ne sont pas végétariennes par mode ou nécessité, mais par culture. Ici, c’est la cuisine de la méditerranée que l’on découvre, et cette partie du monde a toujours fait la part belle aux produits de la terre : tomates, aubergines, poivrons, fèves, que son climat inégalable apporte à la plus gouteuse des maturités. La méditerranée a toujours été un espace de transit, d’échanges, et cela se répercute dans sa cuisine avec la présence du riz, des épices (cannelle, gingembre) et des agrumes (citrons, oranges, mandarines) originaire d’Asie; l’utilisation des noix et des graines (sésame, amandes, noisettes) très développée dans le monde Perse et Ottoman; les fromages des cultures Européennes (France, Italie, Espagne). Un livre de recettes pour voyager confiné.


Partager cet article
Commentaires
Publicité')