MOBILISONS-NOUS!

9 juin 2020Sylvain Vigier

« Une nouvelle société va émerger de tout ça […] et un débat de société devra avoir lieu ». Ce sont les mots de François Legault en avril lors de l’un de ses innombrables points de presse qui ont rythmé nos midis confinés et continuent de nous apporter la bonne parole du déconfinement.

Parce que si une « nouvelle société » doit faire suite à la pandémie, c’est pour le moment uniquement un message pour un « retour à la normale » qui est prôné par le gouvernement. Pour les employé.es des épiceries, la fermeture des magasins le dimanche décidée pendant le confinement était une bonne nouvelle. Cela leur permettait de souffler de la surcharge de travail et d’ajustements qu’ils et elles ont dû faire au titre de travailleurs et travailleuses « essentiels ». Mais ils profitaient également ainsi de leur famille, de leur entourage, de leur lit et de leur jardin aussi, comme nous aspirons tous à le faire le dimanche. Mais ça, c’était pour les circonstances exceptionnelles et la « nouvelle société » a rétabli l’ouverture des magasins le dimanche dès la fin mai avant tout « débat de société ».

On se disait quoi déjà quand le « shut down » viral s’est abattu sur nos vies? Loin, très loin dans nos souvenirs reviennent les mots : « essentiel », « famille et enfants », « recul et réflexion », « production et achat local », « télé-travail », « revenu de base », « anges gardiens », « communauté et entraide ». Les lunettes roses, c’est pour la maison et les rêves. Une fois dehors, c’est distance, masques, et lavage de mains à l’alcool 10 fois par jour. La nouvelle société, c’est comme l’ancienne moins la vie.

La situation actuelle n’est pas du tout un retour à la normale. Le seul « retour » qui existe, c’est le retour au travail alors que tout ce qui fait la vie est resté en confinement. Les cinémas sont fermés, les bibliothèques sont fermées, les cafés, les bars, les restaurants sont fermés. Tous les évènements culturels et sportifs sont annulés. La liberté de rassemblement est réduite à dix personnes maximum. La démocratie municipale se déroule sans public. Les représentants des Assemblées nationales ne peuvent siéger qu’en nombre réduit. La liste des choses qui ne sont pas « normales » est longue comme le bras. Si l’existence et la circulation du coronavirus peut justifier cet état de fait nous devons nous révolter et ne pas accepter que la vie ressemble à cela. Nous devons nous révolter et nous mobiliser pour que les effets d’annonce et les vœux pieux des mois de mars et d’avril deviennent des mesures et des lois concrètent. Nous devons nous mobiliser dès que possible pour la revalorisation de tous les bas salaires, pour que les conditions de travail dans les centres de soins permettent un traitement décent et humain des patient.es, pour que nos pays ne soient plus administrés comme une grosse business à runner. Enfin, nous devons nous mobiliser pour que tout l’investissement public qui va suivre nous permette d’éviter la vraie menace qui plane au-dessus de nos têtes et pour laquelle aucun masque ne nous protègera et aucun vaccin ne sera produit : les changements climatiques. Pour la première fois, les émissions de GES mondiales recensées par l’Agence internationale de l’énergie ont atteint les cibles fixées pour une limitation du réchauffement à 1,5°C. Cela a été atteint par la mise à l’arrêt brutale et mondiale de l’activité, ce qui souligne combien les politiques « vertes » actuelles sont à des années-lumières des objectifs pourtant signés dans des accords internationaux.

Une pétition initiée par des étudiants de l’Université du Québec en Outaouais a été déposée à l’Assemblée nationale par la députée de Sherbrooke Christine Labrie pour que le gouvernement Legault mette en place une « vaste consultation nationale sur l’après-crise ». Comme pour les promesses, les pétitions n’engagent que ceux qui y croient. Mais signer cette pétition est l’acte minimal que nous pouvons faire pour signifier que nous n’accepterons pas la reconstruction du monde d’avant.


Partager cet article
Commentaires
Publicité')