DÉNONCIATIONS D’INCONDUITES SEXUELLES : LES CANADIEN·NE·S DIVISÉ·E·S SUR LA CRÉDIBILITÉ DES ACCUSATIONS

14 septembre 2020Jean-Sébastien Houle
Catégories :Féminisme | Société

UN SONDAGE LÉGER POUR L’ASSOCIATION D’ÉTUDES CANADIENNES (1) RÉVÈLE QUE LES CANADIEN.NE.S SONT DIVISÉ.E.S SUR LA CRÉDIBILITÉ DES ACCUSATIONS D’INCONDUITES SEXUELLES (Y COMPRIS D’AGRESSION SEXUELLE) FAITES SUR LES MÉDIAS SOCIAUX.

Dans l’ensemble du Canada, c’est assez partagé: 48 % considèrent que c’est justifiable, tandis qu’au Québec c’est seulement 41 %. Toutefois, chez les canadiens de 18-34 ans, 67 % considèrent que c’est justifiable. C’est presque l’opposé chez les 55 ans et plus, où seulement 35 % considèrent que c’est justifiable. La tranche d’âge 34-55 ans est à l’image de la tendance nationale: 48 % le considèrent justifiable.

À la question « Lorsque des personnalités publiques sont publiquement accusées d’inconduite sexuelle, avez-vous tendances à croire… la personne qui accuse ou la personnalité publique accusée », 50 % des Canadien·ne·s ont préféré ne pas répondre. Notons que 40 % des gens ont tendance à croire la personne qui accuse.

Conséquences sur les œuvres
Les différences générationnelles s’estompent quelque peu lorsqu’il est question des œuvres des artistes dénoncés. Seulement 39 % et 38 % des 18-34 ans et des 55 ans et plus, respectivement, seraient d’accord pour bannir les œuvres d’une personnalité dénoncée. Pour ce qui est de « passer l’éponge », dans la mesure où la personnalité publique montre qu’elle essaie de changer son comportement, 43 % des Canadien·ne·s seraient prêt à recommencer à consommer son contenu (film, musique, art, etc.) alors que 23 % ne le seraient pas. Au Québec, la majorité (52 %) serait prête à recommencer à consommer à nouveau.

Suggestion de lecture: Agressions et harcèlement: dénoncer sur les réseaux sociaux comporte des risques par Stéphanie Marin, La Presse Canadienne, 9 juillet 2020.
(1) https://acs-aec.ca/wp-content/uploads/2020/08/Sondage-hebdomadaire-de-Léger-3-aout-2020_compressed.pdf (p. 12 et suivantes)


Partager cet article
Commentaires