TOUS ET TOUTES ESSENTIEL·LE·S !

Communiqué de presse

LA PANDÉMIE ACTUELLE A MIS EN LUMIÈRE LA GRANDE PRÉCARITÉ ET VULNÉRABILITÉ DES PERSONNES SANS STATUT ET À STATUT PRÉCAIRE AU QUÉBEC ET AU CANADA. NOMBREUSES SONT CELLES QUI SE SONT RETROUVÉES SANS EMPLOI, À LA DIFFÉRENCE QU’ELLES N’ONT PAS DROIT À LA PRESTATION CANADIENNE D’URGENCE (PCU). PLUSIEURS CRAIGNENT DE PERDRE LEUR LOGEMENT OU SONT DÉJÀ SANS LOGIS ALORS QU’ELLES FONT AUSSI PARFOIS FACE À L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE.

En même temps, la pandémie a révélé l’importance de ces travailleurs et de ces travailleuses migrant·e·s qui prennent soin de nos aîné·e·s et de nos enfants, qui cultivent notre garde-manger et qui occupent généralement les emplois parmi les moins valorisés et avec les conditions les moins désirables. Déjà précaire, la situation de ces personnes est de ces temps-ci des plus inquiétantes.

Le gouvernement fédéral vient d’annoncer un programme de régularisation du statut d’une catégorie très restreinte d’individus. D’abord opposé à toute possibilité de régularisation, le gouvernement provincial a fini par accorder quelques minimes concessions. Avait-il vraiment le choix, considérant les voix qui se sont levées en contexte de COVID pour décrier la condition de ces « anges gardiens » et de ces « anges gardiennes » migrant·e·s soumis·e·s à des agences de placement, sous-payé·e·s et qui travaillent dans des conditions déplorables ? Ce programme est beaucoup trop limité. Tout le monde est essentiel et tout le monde devrait pouvoir espérer un avenir meilleur, que l’on soit sans-statut, demandeurs et demandeuses d’asile, travailleurs et travailleuses temporaires ou étudiants internationaux et étudiantes internationales. Il est grand temps que nous reconnaissions ces personnes qui sont déjà ici et qui participent pleinement à nos collectivités. Depuis trop longtemps nous profitons de la contribution de cette partie de la population à qui nous nions des droits fondamentaux, simplement parce qu’elles sont sans papiers ou n’ont pas les bons papiers. En plus de quoi, en refusant de reconnaître le plein droit d’exister à ces personnes, nous faisons en sorte qu’elles vivent sous la menace constante d’être détenues ou déportées avec tout ce que cela implique pour elles et leurs proches. Cette situation est profondément injuste. Elle doit changer… et rapidement !

Ainsi, nous joignons nos voix à celles d’autres organisations partout au Canada, dans le cadre de la campagne « Un statut pour tous et toutes ! » et demandons la mise sur pied d’un programme de régularisation globale des personnes sans statut et à statut précaire par l’octroi de la résidence permanente, ainsi qu’une réforme en profondeur des politiques d’immigration canadienne qui créent toute une catégorie de migrant·e·s précaires et jetables. La campagne pancanadienne « Un statut pour tous et toutes ! » se veut donc un appel à l’égalité des droits, à la justice, à la sécurité et à la dignité pour tous et pour toutes !

Nous tiendrons un rassemblement ce dimanche 23 août, à 14 h, devant le bureau de la députée fédérale, Élisabeth Brière, 1650 rue King Ouest, Sherbrooke. Pour plus d’informations sur l’évènement, visitez la page Facebook du Collectif ensemble avec les personnes migrantes contre le racisme. Pour plus d’informations sur la campagne « Un statut pour tous et toutes ! » (en anglais) : https://migrantrights.ca/statusforall/
Nous reconnaissons que les terres sur lesquelles nous nous rassemblerons font partie du N’dakinna, le territoire ancestral de la Nation Waban-Aki, et nous affirmons notre solidarité avec les luttes d’auto-détermination des peuples autochtones. Nous invitions les organisations et groupes qui se sentent interpellés et qui souhaitent appuyer la présente lettre ouverte à nous contacter à l’adresse courriel :
collectifensemble.sherbrooke@gmail.com


Partager cet article
Commentaires
Publicité')