2020 DANS LE RÉTROVISEUR

16 décembre 2020Sylvain Vigier
Catégories :Climat | COVID-19 | Éditorial

Dans le panorama de l’année 2020, impossible de ne pas voir, même dans un rétroviseur, le nom de COVID-19. Les premiers cas de « pneumonie de cause inconnue » sont rapportés en Chine fin 2019 et l’Organisation mondiale de la santé publie un avis « d’urgence de santé publique de portée internationale » dès le 31 janvier 2020. Incrédulité et suspicion, manque de connaissance et d’information des autorités de santé sur ce nouveau virus, monde ouvert et ultra-connecté, tout ce cocktail a magnifiquement œuvré pour que l’on se retrouve aujourd’hui avec des fêtes de fin d’année sous embargo du gouvernement provincial. Il est encore tôt et un peu facile de refaire le match de ce qui nous a conduit jusque-là. Cependant, le printemps confiné que nous avons passé a apporté une série d’informations que l’on ferait bien de conserver bien en vue pour se construire un futur plus radieux.

Le confinement quasi généralisé des populations sur la planète a entrainé au mois de juin 2020 une réduction de 17 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la planète par rapport à l’année précédente (source : Global Carbon Project publié dans Nature Climate Change). Pourtant, cette réduction des GES ne sera que marginale sur l’ensemble de l’année car une fois le confinement levé les émissions ont automatiquement reprise. Les auteurs de l’article estiment que le bilan de l’année 2020 sera une baisse autour de 4 % par rapport à 2019. Les engagements les plus ambitieux de l’accord de Paris, dont le Canada est signataire, portent sur une diminution de GES de 7,6 % chaque année jusqu’en 2030. Ainsi, ce que la pandémie nous a appris est que la lutte aux changements climatique ne peut pas se faire sans une remise en cause totale, voire brutale, de nos modes de vie.

Deux mois de confinement ont entrainé une baisse de 17 % sur cette période, et seulement 4 % sur l’année. Dans cette logique, pour respecter nos cibles de GES, il nous faudrait nous confiner deux fois plus longtemps chaque année! Personne ne veut cela, et cela n’est souhaitable pour personne.

Diminution des émission de GES par rapport à 2019 suite au confinement lié à la COVID-19 (sources Cetipa et Carbon Brief)

Cette crise sanitaire nous a également appris que les gouvernements peuvent mettre en place des mesures de limitation draconiennes pour leur population. Et que dans le même temps, même si l’argent ne pousse toujours pas sur les arbres, il est toujours possible d’en trouver et d’en mobiliser en masse lorsque nécessité fait loi. L’année 2020 est peut-être l’électrochoc salutaire qu’il nous manquait pour regarder la crise climatique en face et agir en conséquence. Car deux tabous la concernant viennent de sauter : remettre en cause un mode de vie et le coût financier de la transition. Les estimations du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) évalue que pour maintenir la hausse de la température du globe en dessous de 2°C le niveau d’émission de GES par habitant devrait se situer autour des deux tonnes par an. À titre de comparaison, un aller-retour Montréal – Paris représente 1 t de CO2. Ainsi, si la pandémie a cloué au sol les avions et produit des pertes financières conséquentes pour les compagnies aériennes et le tourisme international, c’est aujourd’hui l’occasion d’enfoncer le clou de leur cercueil plutôt que de dépenser des milliards pour mettre ces secteurs sous respiration artificielle.

Évolution des émission mondiales de GES en 2020 dans différents secteurs d’activité
(sources Cetipa et Carbon Brief)

Dans le contexte du réchauffement climatique, ces secteurs d’activité sont condamnés dans leur fonctionnement actuel. Les milliards de dollars qui apparaissent dans les plans de relance économique post-pandémie doivent permettre de réorienter les travailleurs et travailleuses de ces secteurs vers les ceux de la transition énergétique. Ce que l’on attend des dirigeants et dirigeantes politiques, ça n’est pas de financer le projet GNL Québec ou un pipeline pour offrir de nouveaux débouchés au pétrole de l’Alberta. Les travailleurs et travailleuses de l’ industrie pétrolière s’accrochent avant tout à leur job et à leurs conditions de vie plutôt qu’au pétrole lui-même. Être chef d’État, c’est justement proposer une alternative à ces personnes pour que leur travail participe à la transition de tout le pays. Si la pandémie a permis d’avancer sur ces questions, alors on pourra estimer que l’année 2020 aura était une très bonne année après tout.


Partager cet article
Commentaires