À BOIRE ET À MANGER*: HISTOIRES NOIRES

10 février 2021Marielle Fisson et Sophie Parent

CAHIER D’UN RETOUR AU PAYS NATAL
AIMÉ CÉSAIRE, 1939

Ce récit poétique est un incontournable du mouvement politique et littéraire de la négritude, qui rassemble plusieurs auteurs noirs autour de la question du racisme et du colonialisme, au tournant des années 1930. C’est le livre idéal pour les amateurs de poésie militante, car comme le dit l’auteur :

« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouches. Ma voix la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir.»

Dans ce cahier riche en comparaisons et en métaphores, Aimé Césaire nous amène avec lui dans son périple, où il quitte sa Martinique natale pour aller en France étudier à la Sorbonne, croyant y trouver mieux. Il en revient déçu et révolté de la condition de son peuple, et du dédain qu’ont les Européens à son égard. C’est une mise en contexte nécessaire, puisque ce texte magnifique peut nécessiter quelques lectures avant de pouvoir en dégager tout le sens et toutes les subtilités. Néanmoins, si l’on se laisse guider par l’auteur jusqu’au « bout du petit matin », on ne peut échapper à la beauté de l’oeuvre.

ALBERTINE PETIT-BRINDAMOUR DÉTESTE LES CHOUX DE BRUXELLES
ANNE RENAUD ET ÉLODIE DUHAMEAU, 2020

Je ne suis pas noire. L’autrice non plus, d’ailleurs. Cet album jeunesse ne parle pas vraiment d’acceptation, ni spécialement de la réalité de personnes noires. Je l’ai choisi parce qu’en le feuilletant, j’ai fait un constat important: en tant qu’enfant blanche, j’ai été amplement représentée dans les histoires, les contes et les films, autant que je pouvais me dessiner avec le beige « couleur peau » de ma boite de crayons. De plus en plus, on trouve de la diversité un peu partout. Bien sûr, c’est important de lire des histoires qui normalisent et expliquent notre réalité, mais je pense que c’est d’autant plus le temps qu’on puisse lire une histoire sans prendre pour acquis que le ou la protagoniste est blanche. Est-ce que c’est juste moi ? Albertine déteste les choux de Bruxelles et rêve d’avoir des pouvoirs magiques. Relatable. Les illustrations sont jolies, l’histoire est comique. Et il y a une surprise à la fin. Un grand oui à ce livre !

FILLE, FEMME, AUTRE
BERNARDINE EVARISTO, 2019

« Il y a dans ce livre plus de femmes noires que Bernardine Evaristo n’en a vues à la télévision durant toute son enfance. La plus jeune a dix-neuf ans, la plus âgée, quatre vingt-treize. »

Fille, Femme, Autre est le 8e livre de l’autrice britannique, [très] ironiquement récipiendaire du Man Booker Prize 2019 (à égalité avec Les Testaments de Margaret Atwood). Ce roman est profondément féministe et inclusif. Il relate les histoires entremêlées de douze femmes liées entre elles de près ou de loin par une pièce de théâtre. Teinté de tendresse, d’humour, de rébellion, ce récit parle d’émancipation, de découverte de soi, de détermination à vivre selon ses aspirations quelles qu’elles soient, de liberté. Plusieurs générations se croisent, plusieurs horizons aussi.

*Nous avons reçu de nombreuses questions sur le titre de cette chronique culturelle, voici l’explication tirée du Wiktionnaire:
(il y a) à boire et à manger: se dit d’une question qui présente deux sens, d’une affaire qui peut réussir ou ne pas réussir, d’un ouvrage où il y a du bon et du mauvais.


Partager cet article
Commentaires