Pourquoi voter aux élections municipales ?

18 septembre 2021Alexandre Tessier

Les élections municipales québécoises accusent toujours un retard du taux de participation par rapport aux élections provinciales et fédérales. Pourtant, les municipalités remplissent un rôle démocratique fondamental. Le 7 novembre prochain, les citoyen·ne·s de Sherbrooke seront appelé·e·s à élire leur conseil municipal. Entrée Libre propose un survol des principales raisons pour lesquelles se garder d’exercer son droit de vote à l’occasion de ces élections n’est peut-être pas la meilleure option pour vous.

Dans la plupart des pays occidentaux, le vote est considéré comme un devoir civique moral placé entre les mains du corps électoral, lorsqu’il n’est pas simplement obligatoire, comme en Belgique, en Grèce et au Luxembourg, entre autres. Voter constitue la pierre angulaire de tout le système démocratique : la démocratie ne peut vivre que lorsque les citoyen·ne·s s’emparent des grandes thématiques entourant les campagnes électorales en affirmant leurs convictions grâce au bulletin de vote. De plus, le droit de vote universel est le résultat de siècles de lutte et semble aujourd’hui acquis, mais peut-il le demeurer indéfiniment si les citoyens préfèrent laisser la politique s’occuper d’eux plutôt que de s’occuper de la politique? En effet, ne pas voter revient pratiquement à laisser aux autres la possibilité de décider à notre place.

À cet effet, selon un sondage effectué par Léger pour l’Institut du Nouveau Monde en juin 2018, 80 % des Québécoi·se·s se disaient impliqués au sein d’organisations sociales, communautaires, politiques ou économiques. En revanche, seulement 19 % de ces derniers se reconnaissaient dans la classe politique actuelle et 38 % des répondant·e·s considèrent que leur vote ne changera rien, peu importe leur choix. Cette disparité démontre que la majorité des citoyen·ne·s, malgré leur cynisme évident envers les institutions, ont le désir de prendre les choses en main en s’impliquant directement dans la vie civile. Il est évident qu’un vote seul ne suffit pas à faire pencher la balance dans une élection, mais il ne faut pas oublier que le résultat d’une élection n’est que l’addition des votes individuels. Tout comme la campagne de vaccination présentement déployée à l’échelle provinciale, c’est l’effort individuel qui permet l’atteinte de l’objectif collectif.

Plus concrètement, la municipalité est la forme de gouvernement le plus près du corps électoral. Les décisions prises au conseil municipal touchent tous les citoyen·ne·s dans la vie de tous les jours. Ces décisions assurent notamment le fonctionnement des services municipaux, la mise en place de règlements, la croissance de l’économie locale et la gestion des comptes publics. Choisir ses représentant·e·s est l’opportunité de matérialiser ses propres valeurs en décisions cohérentes sur le terrain, dans la mesure où le vote est un acte réfléchi qui permet d’identifier quel·le·s candidat·e·s représentent le mieux sa vision d’une municipalité où il fait bon vivre. Aucune candidature n’est déposée à l’occasion des élections municipales sans l’engagement formel de représenter les gens de sa communauté, d’être à l’écoute des préoccupations de la population et de faire progresser les enjeux locaux.

Il n’est pas rare d’entendre que s’abstenir de voter représente en soi une position politique, au même titre que de voter. Pourtant, abstentionnisme ne rime pas avec vote blanc. Le vote blanc consiste à se déplacer au bureau de vote sans toutefois faire un choix entre les options possibles. Il concrétise la volonté de s’abstenir de faire un choix, tandis que refuser d’aller voter ne fait que marquer son désintérêt de la chose publique. De plus, il est fort probable que de trop hauts taux d’abstentionnisme dans les prochaines années conduisent à l’adoption du vote obligatoire, ce qui serait évidemment contre-productif pour la portion du corps électoral ayant opté pour l’abstention.

À l’occasion des prochaines élections municipales du 7 novembre, prenez le temps de vous renseigner sur ce que propose chaque candidat·e·s. Écoutez les débats qui seront organisés, lisez les programmes et emparez-vous des grands sujets qui vous touchent, puisqu’il s’agit d’une des meilleures occasions de le faire.

Au cours des prochaines semaines, Entrée Libre couvrira pour vous ces élections en laissant la parole aux organismes communautaires et aux citoyen·ne·s et en synthétisant les programmes et les annonces qui rythmeront la course à la mairie. Nous espérons vous aider à faire un choix éclairé et surtout, dont vous serez fièr·e·s !


Partager cet article
Commentaires
Publicité')