Qu’arriverait-il si… on essayait de changer les choses ?

22 septembre 2022Alexis Legault
Catégorie : Chronique

Dans une société où tout va trop vite, on se sent souvent impuissant devant toutes ces nouvelles que l’on voit défiler dans les médias. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il est question de problèmes sociaux complexes, qui semblent nous dépasser, qui paraissent échapper totalement à notre emprise. De toute manière, on a tellement de choses urgentes à gérer de notre côté. Et quel problème plus titanesque et éloigné de nos priorités immédiates que la crise environnementale ? 

On se dit donc qu’on a probablement plus important à faire que de se battre pour l’environnement, on ne changera certainement pas le monde tout seul. Ce discours on l’entend souvent, et il semble on ne peut plus logique. Moi, je pense qu’on pourrait difficilement rêver d’avoir plus de pouvoir qu’ici, à ce moment précis de l’histoire, et je vais essayer de vous le démontrer. 

S’il y a une chose qui a de l’importance sur la Terre, c’est la vie. On ne connaît encore aucune vie ailleurs dans l’Univers. On espère tous en découvrir un jour, mais il est difficile de s’imaginer qu’elle sera aussi évoluée que celle que l’on connaît sur Terre. On trouvera peut-être des bactéries, incapables d’éprouver un quelconque sentiment, et ça serait déjà une immense découverte. La vie sur Terre est spéciale, spéciale parce qu’on y retrouve en grande quantité des espèces évoluées, capables de ressentir du bien-être, cette chose qu’on cherche tous à maximiser. En étant incontestablement l’espèce la plus influente sur Terre, on trône automatiquement au sommet des êtres vivants les plus puissants de l’univers connu. 

« Ça sonne bien tout ça, mais retourne donc sur Terre un peu. » Dans presque toute l’histoire humaine, les gens ont vécu par petits groupes, ne pouvant influencer que les quelques animaux qu’ils croiseraient et les quelques humains qu’ils côtoyaient. À une certaine époque, les plus grands chefs de clans pouvaient se vanter de décider du sort de quelques dizaines ou de quelques centaines d’individus tout au plus. Jamais une espèce n’a pu prétendre avoir le sort de la Vie sur Terre entre ses mains. Aujourd’hui, les actions posées par notre espèce dicteront non seulement le sort de toute vie évoluée existante, mais aussi de toute vie à venir sur la planète. À aucun moment dans l’histoire, une espèce n’a été en mesure d’influencer autant d’êtres vivants.

« OK pour l’influence de l’humain dans l’histoire, mais parmi tout le monde sur la planète aujourd’hui, pas certain que, dans mon petit 3 ½ trop cher à Sherbrooke, je sois celui le plus influent. » Autour du globe, une large proportion des gens vit dans un pays où règne la guerre, la dictature ou l’extrême pauvreté. Malgré les iniquités et les injustices qui subsistent encore ici, notons que dans bien des endroits dans le monde les droits des femmes et des personnes racisées ou marginalisées sont bafoués à plusieurs égards, restreignant considérablement leur liberté d’expression et d’action. De nombreux États ne permettent pas non plus d’avoir réellement accès à une éducation de qualité ou à des soins et des services sociaux relativement accessibles et abordables. Les libertés de rassemblement, de manifestation et d’expression représentent aussi des pouvoirs démocratiques que tous n’ont pas la chance d’exercer dans sur la planète. Et si l’argent amène du pouvoir, la Banque Mondiale estime à moins de 9 000 $ (É.-U.) par année le salaire moyen dans le monde. https://data.worldbank.org/indicator/NY.ADJ.NNTY.PC.CD.
Pour la plupart des gens vivant au Québec, la réalité est toute autre. Si ça adonne que tu es Blanc, valide, cisgenre, de sexe masculin ou hétérosexuelle, ça contribue encore un peu plus à ce que tu aies de l’influence. 

Les prochaines années seront cruciales pour l’avenir de toute Vie sur Terre, et l’histoire a démontré que ça ne prend qu’une poignée de personnes qui s’unissent pour changer le cours des choses. Tisser des liens semble être à la fois l’objectif et le moyen d’y parvenir. Rompre avec l’individualisme, le productivisme et la surconsommation qui menacent la Vie nous permettra de nous réapproprier notre temps, de resserrer les mailles entre les générations, de nous reconnecter à ce territoire qui forme notre identité et de tendre la main à tous ceux qui l’habitent. Alors, tu embarques ?


Partager cet article
Commentaires
Publicité')