Madame Anglade, la touchante

1 novembre 2022Claude Saint-Jarre
Catégories : Lettre ouverte , Opinion

Par « touchante » je veux dire celle qui a touché, physiquement DURANT la campagne électorale.

Vers 1960, le chef du parti Libéral, Jean Lesage, avait un slogan attirant : Maître chez nous. René Lévesque était membre, a créé Hydro-Québec et a claqué la porte pour fondre le Mouvement souveraineté-association qui a mené au Parti Québécois. Il souhaitait une réforme de la démocratie exprimée dans un Livre Blanc et des Livres verts, que le parti ne voulait pas publier. Et n’a pas publié. Les archives du Gouvernement les ont.

Le parti Libéral a également périclité avec la connaissance publique de la corruption plus ou moins floue et par la quasi destruction récente du système de santé.

C’est à Madame Anglade qu’a été dévolue la tâche de reconstruire le parti.

Entre-temps, Jacques Lazure et André Larocque doutent même de la pertinence d’avoir des partis politiques, avec les livres respectivement Abolir les partis politiques ( 2006) et Au pouvoir citoyens! Mettre fin à l’usurpation des partis politiques. Préface de Claude Béland. ( 2006)

Un pas de côté.

Avant les élections a paru un livre sur la pandémie et les séquelles visibles, psychologiquement. Dans Les forces des surdoués dans un monde en crise Intelligence et résilience, la psychologue et psychanaliste Française Monique de Kermadec, dit en ce qui se résume assez bien : 1) la pandémie a donné lieu à un confinement avec distanciation sociale obligée, qui a pour conséquence la coupure du sens du toucher. 2) S’ensuivent des carences affectives, lesquelles, 3) conduisent à un accroissement vertigineux de maladies mentales, soit une personne sur sept, dit-elle, et notre Institut national de santé publique  dit une sur cinq. C’est énorme! 4) Cette pandémie a permis une mise à jour des intelligences. L’intelligence cognitive était la plus importante. Depuis, l’intelligence émotionnelle et relationnelle gravissent les échelons pour rejoindre la cognitive 5) L’autrice affirme même que le facteur principal de santé est les interactions sociales.

Alors les élections arrivent.

PENDANT les élections, ce qui m’a frappé chez la campagne électorale de madame Anglade, c’est combien elle faisait de câlins, de longues étreintes, donnait des becs pour terminer. J’ai jamais vu ça en campagnes électorales. Était-ce de sa part un assouvissement tout à fait normal  d’un besoin de toucher et d’être touchée, après la pandémie ou bien une éducation faite par elle d’un nouveau modèle de comportement plus affectueux, plus chaleureux. Je ne peux imaginer Philippe Couillard faire comme ça, étreignant monsieur Barrette par exemple!

Il fallait voir madame Anglade, sortir d’une limousine, d’un avion ou d’au autobus presqu’à la course pour se littéralement se jeter dans les bras de ses proches et aides politiques et ce sans consentement requis! 😊

En somme, elle a été touchante, touchable, touchée. En ce sens elle a innové, de mon point de vue. Ça pourrait être de l’intelligence émotionnelle et relationnelle en pratique politique.

J’ai davantage retenu l’accentuation du toucher que le trou de 16 milliards de dollars du budget proposé par le parti libéral. Ayant appris par ailleurs qu’elle possède 12 millions de dollars, même si l’argent ne fait pas le bonheur, elle pourrait innover davantage et nous donner 8 millions pour les groupes communautaires et le logement social!!


Partager cet article
Commentaires
Publicité')