Appui à la solution chinoise de Paix

Catégories : Lettre ouverte , Opinion

Depuis que M. Trudeau a laissé sa vice-première ministre (et alors ministre des Affaires étrangères) Chrystia Freeland empoisonner nos relations avec la Chine en emprisonnant Meng Wanzhou pour rien, M. Biden lui a offert les excuses américaines, dans une déclaration il y a un an qui dénonçait les accusations fictives de Trump prises par Freeland pour du cash.

Le Canada n’a pas offert les siennes, sombrant plutôt dans une sinophobie engloutissant Sascha Trudeau et l’ex-gouverneur général mcgillois David Lloyd Johnston.

Nos médias poursuivent leur campagne sinophobe. Le 20 janvier, Radio-Canada fait circuler toutes les deux minutes la bande passante suivante, à côté d’une nouvelle d’un incendie de dortoir en Chine qui a causé 13 morts : « L’élection d’un président pour le statuquo et la souveraineté à Taïwan a entrainé une réaction modérée en Chine, MAIS POUR COMBIEN DE TEMPS ? (sic). » Cette propagande épouse la désinformation du 15 janvier par François Brousseau dans Le Devoir, que Normand Bibeau a réfuté dans la version électronique de l’article, réfutation que ma correspondante de Taïwan confirme.

Cinq positions en faveur du cessez-le-feu

Nos positions ont couvert les cent jours de l’horrible destruction de Gaza en cours.

(9 novembre) Les Artistes pour la paix (APLP) appuient une intervention du procureur général de la Cour Pénale Internationale de La Haye (ONU) pour accuser Israël de génocide, demandée par Gilles Devers (avocat, Docteur en Droit, HDR, Université Jean Moulin, Lyon 3, France), l’Agora des Habitants de la Terre et le professeur Riccardo Petrella, sorte d’outil symbolique de l’ONU pour avertir Benyamin Nétanyahou que ses actes guerriers s’assimilaient désormais à une agression génocidaire, contre dix-mille civils palestiniens à Gaza, dont plus de 4000 enfants, sans compter une centaine de victimes en Cisjordanie (depuis, le nombre des victimes a presque triplé). Si certains médias canadiens blâment les manifestants palestiniens pour les tensions dans nos rues (quelle infamie), une journaliste rehaussant grandement le standard radiocanadien, Marie-Ève Bédard, recueille d’Israël même, au mépris de sa vie menacée, des témoignages mesurés de citoyens israéliens francophones, selon qui 76 % des Israéliens désavoueraient Netanyahou le tenant responsable, par sa haine d’extrême droite, de la guerre et de la honte qu’il fait rejaillir sur tout Israël. Un tel journalisme est la clé pour diminuer les tensions antisémites, pas l’interdiction des manifestations proposée par des conservateurs d’ici !

(Mi-novembre) « S’il est clair que le Congrès américain par son envoi à Israël de $14 milliards d’armes la semaine dernière doit être accusé de complicité, nous sommons le gouvernement canadien qui bredouille depuis deux semaines des allusions à des trêves ou pauses humanitaires de se prononcer clairement en faveur d’un cessez-le-feu, sous peine, sinon, d’être légalement poursuivi par une accusation de complicité génocidaire ». Notre lettre reprenait la demande de cessez-le-feu sur Gaza appelé par les Religions pour la Paix, les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient et les Voix juives indépendantes (Montréal), les syndicats, des membres de la société civile, de Québec solidaire et une cinquantaine de députés du Parti libéral, du Parti vert, du Bloc ainsi que du NPD (avec la pétition parlementaire d’Alexandre Boulerice recueillant près d’un quart de millions de signatures), pour envoyer de l’aide humanitaire et lever le siège sanglant d’Israël sur Gaza mettant en danger ses propres otages.

(17 décembre) Suivant une première semonce reproduite en page 10 de la revue ENTRÉE LIBRE de Noël, les APLP remercient la demande de cessez-le-feu (enfin !) de la ministre Joly, tout en signant la pétition e-4745 adressée au Parlement demandant au gouvernement du Canada de s’abstenir de toute aide militaire à Israël.

(1er janvier) Faire de ce mois de janvier un temps de prise de conscience pour une Résistance créatrice de l’humanité pour la Paix, la Justice et la Liberté, un appel à la paix signé par le centenaire Edgar Morin que d’illustres professeurs d’universités québécoises ont endossé. Cet appel, appréciable par sa sobriété, fait la promotion de la paix, sans besoin d’utiliser la démonisation des ennemis, à notre avis contreproductive, car elle alimente le cycle des haines, tandis que trop de pétitions absolvent le Hamas de toute faute, sous prétexte qu’il représente la lutte armée légitime contre l’envahisseur israélien. 

(12 janvier) Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient, désespérés par la distance du Canada à l’égard de l’appel de l’Afrique du Sud à la Cour Pénale de La Haye, « condamnent le Canada». Formulation regrettable, vu la position du Québec encore plus « condamnable », énoncée par la ministre des Relations internationales Martine Biron refusant d’appuyer la ministre des Affaires étrangères qui est POUR le cessez-le-feu, en accord avec cent-cinquante-trois pays des Nations-Unies !

L’option diplomatique de la Chine

Après 25 000 morts dans la Bande de Gaza et les destructions indiscriminées d’hôpitaux, d’écoles, de mosquées et d’églises, d’usines de traitement d’eaux et l’utilisation du blocus de vivres et médicaments comme horrible outil de guerre ciblant les civils en proie à la famine, nous endossons la mise en accusation par l’Afrique du Sud d’un génocide entrepris par Israël contre le peuple palestinien.

Mais nous appuyons davantage toute option diplomatique de paix : s’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU le 29 décembre, Geng Shuang, ambassadeur et représentant permanent adjoint de la Chine (photo ci-contre), affirme clairement : « Nous soutenons l’adhésion à part entière de la Palestine à l’ONU et la reprise rapide de négociations directes entre la Palestine et Israël ». 

Pourquoi les dirigeants Biden et Trudeau adoptent-ils une dure politique les entrainant dans des guerres au Yémen et en mer de Chine, proche de Taïwan ? Ne s’aperçoivent-ils pas que leurs postures militaristes creusent ainsi dans les sondages les écarts les distançant de Trump et de Poilievre et qu’ils perdent le vote des jeunes ?

Attendant la sentence définitive de la Cour Pénale internationale qui sera fonction des juges en place imprévisibles, qui peut prétendre avoir absolument raison dans l’actualité si troublée ? La raison survit très difficilement aux évènements de Gaza comme de Babi Yar, l’atrocité ukrainienne nazie perpétrée pendant la Seconde Guerre mondiale. L’important est de continuer à dénoncer les aides militaires aux massacres, pour que les horreurs actuelles ne tombent dans l’indifférence et pour que tous ressentent la pression d’intervenir enfin par simple humanité. 


Partager cet article
Commentaires