Debout pour l’école !

3 février 2024Claude St-Jarre
Catégories : Éducation , Société

Suzanne-G. Chartrand a été enseignante au secondaire, intervenante en éducation populaire et professeure de didactique du français dans des programmes de formation des maitres de français. À sa retraite de l’université, elle a fondé le collectif Debout pour l’école, a dirigé le comité éditorial et coécrit le livre du collectif : Une autre école est possible et nécessaire.

Q. Le collectif a coorganisé en 2023, 20 forums citoyens, dont un à Sherbrooke. Le site internet de Debout pour l’école contient le document synthèse des discussions dans les forums et les ateliers jeunesse de Parlons éducation. Êtes-vous satisfaite des discussions ?

Oui, ce fut un immense travail d’organiser ces forums ; une centaine de personnes y a travaillé bénévolement pour les préparer et les réaliser dans 19 villes. Plus de mille personnes ont participé à ces forums et parallèlement près de 650 jeunes ont participé à une cinquantaine d’ateliers jeunesse. De très nombreux consensus sont dégagés. On peut lire la synthèse mise sur notre site. Bien qu’on ait fait état des innombrables problèmes du système scolaire, les gens sont ressortis des forums avec le sourire aux lèvres et le mot espoir à la bouche, car ils étaient tous d’avis qu’il fallait continuer de se mobiliser et de lutter pour ensemble améliorer le système.

Q. Ces forums se sont passés avant la grève en éducation. Selon vos informations, les résultats améliorent-ils le système d’éducation dans le sens des souhaits et constatations du document synthèse ?

Il est beaucoup trop tôt pour analyser sérieusement l’entente de principe entre le gouvernement et les syndicats et les résultats des votes en assemblée syndicale. Les informations dans les médias sont partielles et même souvent erronées. Il faut plus de prudence et de réflexion. 

Q. Le déficit démocratique de ce système a-t-il encore besoin de changer le rapport de force entre les citoyennes et citoyennes et les pouvoirs publics, un des objectifs du Rendez-vous national sur l’éducation envisagé en 2025 ?

Le système scolaire n’a rien de réellement démocratique, les faits sont là et ont été longuement décrits dans les forums. Ni les élèves, ni l’ensemble des personnels scolaires, ni même la totalité des participants aux CSS n’ont de réel pouvoir démocratique. Souvent, l’exercice de la démocratie se limite à voter pour ou contre des propositions venant d’en haut sans solides discussions préalables. 

Après les forums, Debout pour l’école s’est transformé pour mieux poursuivre le travail et répondre aux désirs des participants aux forums. Un comité directeur de 12 membres de divers âges, régions et expertises travaillera à réunir le plus de gens possible pour discuter de la synthèse produite, dégager les revendications prioritaires pour exiger des changements structurants en éducation ; il est encore trop tôt pour dire comment s’organisera ce Rendez-vous national sur l’éducation, on est au début de la démarche.

Q. C’est une torture de l’esprit de se demander ce qui est le plus important : l’éducation ou la santé. Je pense que finalement, c’est l’éducation. Croyez-vous que l’éducation a un rôle à jouer pour enseigner dès le plus jeune âge comment bien prendre soin de soi, sur tous les plans, de sorte qu’une médecine de soins (52 milliards de dollars) soit beaucoup moins nécessaire ? Aussi, peut-être qu’un local dédié à la prévention de la maladie et de la promotion de la santé, dans chaque école, pourrait grandement aider le système de santé, non ?

Absolument, il faut que dès le très jeune âge à la garderie puis à l’école, les enfants apprennent ce que c’est que d’être en santé et comment on fait pour l’être : on doit leur apprendre comment manger (ce qui ne signifier pas engloutir les aliments) et discuter de la valeur des aliments, à bouger plus, à respirer profondément (par exemple, les élèves devraient régulièrement en début de période avoir une minute pour se lever, se tenir droit et respirer profondément, car respirer, cela s’apprend). L’école devrait être un milieu de vie parallèlement à être un milieu d’apprentissage. 

Q. Le document synthèse ne fait pas mention de la neuropédagogie, c’est-à-dire augmenter l’efficience cognitive en enseignants à penser et enseigner en fonction des intelligences multiples. Incorporer ces notions peut aider au succès scolaire et dans la vie, surtout que le savoir double aux 5 ans ou 7 ans, qu’en dites-vous ?

Je ne sais si les savoirs fondamentaux doublent tous les 5 ans, mais il est primordial qu’à l’école, on apprenne à penser, à penser vraiment, pas seulement répéter ce qu’on tente de nous apprendre. Dans les ateliers on a beaucoup insisté sur la nécessité de développer la pensée critique à l’école.


Partager cet article
Commentaires